Gradient

Coronavirus : les SDF sont-ils les oubliés de l’épidémie ?

Pour les animateurs de France Bleu Nord, le témoignage de Jean-Louis, un auditeur de Valenciennes, a été une surprise. « Personne n’en parle, ni les radios, ni les médias, ni BFM (…) Jamais on a parlé des oubliés, des SDF ».


« Dimanche soir, je suis passé dans Valenciennes après les élections. Il y avait des policiers qui gardaient la mairie. Dans la rue, sur un pas-de-porte, il y avait deux personnes – qu’on connaît – qui dormaient dehors. Après j’ai croisé José, qui est un SDF qu’on connaît aussi, qui se baladait. On ne sait pas où il allait. » Face à la stupéfaction des animateurs, cet auditeur assure : « Un SDF que je connais m’a appelé. Il m’a dit que demain, l’une des structures où il va, comptait faire la distribution de sandwichs à travers une grille. On ne donne pas à manger à des animaux ! Ce n’est pas un zoo ». « Nous n’avons reçu aucun masque » Un témoignage qui n’a rien d’un fait isolé. Dans la Provence, Monique, une bénévole marseillaise de l’association Vendredi 13 raconte : « On a déjà dû arrêter les distributions de nourriture sur la voie publique, car cela générait trop de promiscuité entre les personnes, on ne garde pour l’instant que nos maraudes. » Plus inquiétant encore, une autre bénévole assure que la structure d’accueil dont elle s’occupe va fermer ce mardi. Dans Ouest-France, Florent Gueguen, directeur général de la Fédération des acteurs de la solidarité, abonde : « Nous avons été saisis de quelques cas. Ce qui entraîne une inquiétude chez les travailleurs sociaux. Nous n’avons reçu aucun masque. Les personnes faisant les maraudes, s’occupant de la distribution alimentaire de rue se posent aussi des questions. » Il explique également que les centres d’hébergement, qui vont théoriquement rester ouverts jusqu’au 31 mai, devront aménager « des lieux de confinement ». « Quand on protège les plus pauvres, on se protège tous » Périlleux à mettre en place quand « la plupart des chambres sont collectives et surchargées ». Le 12 mars, le porte-parole de l’association Droit au logement lançait un appel  : « Il faut être solidaire (…), c’est une question d’hygiène publique parce que quand on protège les plus pauvres, on se protège tous. » Des questions ? Abonnez-vous au groupe Facebook Coronavirus: entraidons-nous dans le #NPDC! Aide aux devoirs à distance, courses pour les personnes confinées… Postez vos annonces et vos questions sur cette page, les lecteurs (ou la rédaction de La Voix du Nord) vous répondront !

0 vue

©2019 par le geste du cœur. 

 tel: fix: 09 81 31 42 14  port 06 61 99 25 57 

16 rue jean catelas 80480 saleux

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now